Connectez-vous
SenXibar.com

Opinion

Au secours : l’opposition sénégalaise assommée par la mouvance présidentielle.


Samedi 23 Juillet 2011

Cette opposition qui le nommait assommeur disait : « Celui qui se croyait investi d'un pouvoir d'ordre divin et qui pensait régner sur un peuple soumis qui accepterait sans broncher toutes ses lubies, vient d'apprendre à ses dépens que ce peuple qui lui a tout donné avec un immense espoir de mieux-être, sait dire non quand la coupe est pleine. Jamais président n'a montré autant de mépris pour un peuple qui l'a triomphalement élu. Mépris, arrogance, inhumanité, indifférence devant les pires souffrances, ingratitude, voilà ce que ce peuple a reçu en retour. C'était plus qu'il n'en pouvait supporter et il le lui a bien montré ce jeudi 23 juin 2011 ».


Au secours : l’opposition sénégalaise assommée par la mouvance présidentielle.
Elle Crie aujourd’hui au secours car la mouvance présidentielle montre aujourd’hui 23/07/2011 la vraie image de la majorité sénégalaise au monde entier. Il n’est pire aveugle celui qui ne veut pas voir mais la réalité  c’est que le peuple sénégalais reste majoritairement attaché à leur président de la république. Seule cette opposition restait dans les médias en essayant de montrer au monde entier que le Président de la République du Sénégal est méprisé par son peuple. A travers cette mobilisation d’aujourd’hui je découvre le contraire du message tant porté par l’opposition à la destinée du peuple. Une analyse objective sans partie prise nous montre que les sénégalais sont toujours fidèles au pape du SOPI. Maitre Abdoulaye Wade vient de démontrer à cette occasion sa grandeur d’homme d’Etat et d’homme politique en même temps. Il démontre sa capacité à trouver les solutions à la hauteur des défis présents. Et chacun pourra s’appeler de ses vœux l'homme d'État qui, mais Wade seule qui est entrain de  remettre la société sur des chemins plus sereins.
L’opposition ne saurait critiquer le Président lorsque celui-ci expose ses idées et les défend avec volontarisme dans l'expression et dans l'action. On connaît de la part de l’opposition sénégalaise trop de discours qui, à force d'esprit de consensus, sont vides de sens. La démocratie a besoin pour vivre de la confrontation des points de vue émis par les meneurs d'opinions armés de leurs convictions tout autant que de leurs expériences personnelles dans le vécu de la société. Il est légitime que les positions prises par les hommes politiques prennent leurs racines dans l'expérience qu'ils détiennent de la vie sociale, dans l'entreprise, le quartier, l'association, le voisinage ou la famille. Ces expériences forment, au total, le miroir kaléidoscopique de notre vie collective, multiforme, image à partir de laquelle s'érige la conscience sociale de toute communauté humaine. Mais cette opposition ne fait que se concentrer sur la vie surtout privée de tierces personnes pour régler des comptes personnels.
Elle ne saurait également pas plus critiquer le Chef de l’Etat dans sa quête du pouvoir tendu vers le but de faire triompher les idées auxquelles il croit et de les appliquer. Sauf à se réfugier dans une position politique de témoignage, l'action politique a, normalement, pour objectif ultime la pratique du pouvoir qu'il soit local ou national.
Au demeurant, la mouvance présidentielle vient de démontrer qu’il est capable de capter  l'adhésion de plusieurs clientèles pour atteindre la majorité, la politique menée est le résultat de compromis destinés à contenter, des intérêts divers de façon à créer un équilibre, certes provisoire, mais dans bien des cas, indispensable.
L’opposition ignorait que l'homme d'État est aussi un homme politique. En cela, il n'échappe pas aux compromis, aux compromissions, aux calculs étriqués dans l'espoir que des circonstances futures, favorables, lui permettront de faire valoir sa vraie dimension. Ainsi, rappelons nous de Churchill, De Gaulle ou Juan Carlos d'Espagne par exemple, ont du subir les petitesses des calculs incertains pour pouvoir ensuite être en position d'extérioriser leurs qualités d'hommes d'État. Rares sont en effet les circonstances dans lesquelles la Grandeur se révèle d'emblée. C’est ce qui justifie son expression « WAXON WAXET » dans son discours du 14 juillet 2011 et l’ignorance de l’opposition sénégalaise l’oriente à débattre sur une expression au lieu de décortiquer la quintessence du discours.
En effet le président Wade a  réuni les circonstances de temps et de lieux pour montrer ses qualités  d'homme d'État. Mais il arrive hélas que ces circonstances ne rencontrent pas l'homme à la mesure des enjeux qui surviennent. Les sénégalais ont montré que l’opposition est assoiffée de pouvoir mais n’est pas en mesure de scinder les qualités intrinsèques d’un homme d’Etat.
Parmi toutes les affaires susceptibles d'encombrer l'agenda d'un décideur public, le Président Wade a  reconnu celle, ayant trait aux valeurs façonnant la communauté nationale tout au long d'une histoire politique, dont la résolution aura un impact essentiel pour l'avenir. Pour le Chef de l’Etat, rien de ce qui constitue l'avenir potentiel de la communauté nationale ne doit être sacrifié au présent.
Wade a une perception d'un intérêt commun, ensuite quoiqu'ayant participé aux luttes parfois sévères qui parcourent la vie politique des temps ordinaires, le Président Wade a toujours saisi les affaires dont la résolution aura un impact fort sur la cohésion sociale minimum nécessaire à toute la société sénégalaise. Il a su mesurer ce qui peut relever d'une légitime victoire politique d'une majorité sur son opposition et ce qui constituera une atteinte aux valeurs essentielles, fondatrices du consensus social. Il a consenti alors à mettre en réserve ses convictions personnelles ou partisanes et a donné droit à la préservation de l'indispensable consensus social. Bien qu'habité de fortes convictions personnelles, le Président de la République du Sénégal a l'intelligence de l'éthique sociale et politique transcendante. Enfin son abnégation et sa transcendance, en politique lui permet de connaître et de défendre des solutions politiques hors de portée de l'entendement commun. Le Chef de l’Etat a compris que quand les temps politiques sont incertains, il convient qu'une volonté puissante vienne forcer le destin et emporter une société qui, sans elle, ne cesserait de louvoyer sans cap et sans conviction. Que l’on retient qu’au Sénégal actuellement seul le Président Abdoulaye Wade possède la puissance et le désintéressement qui conviennent à l'accomplissement d'une telle mission.
 
Ibrahima Diop :
Ingénieur System
Responsable politique

La Rédaction



1.Posté par prince le 23/07/2011 23:05
voilà d'avoir éclairci notre lanterne vraiment la vérité est révélé. vive Wade

2.Posté par Le roi le 24/07/2011 22:39
Et maintenant ? Il se passe quoi?

3.Posté par prince le 26/07/2011 00:43
il se passe quoi? vous acceptez qu'on vous trompe. il faut avoir la capacité de rechercher la verite et avoir le courage de l'accepter. lol

4.Posté par LE CRAC le 26/07/2011 13:45
Je crois que tous les Sénégalais devraient lire cette article il comprendront la vérité.

Nouveau commentaire :
Facebook


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Février 2021 - 23:57 Ma très chère Coumba!!!!

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre







Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS plus221
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office