Connectez-vous
SenXibar.com

Société

UNE VIE, UN VECU : Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum, le Sage de son époque


Dimanche 29 Décembre 2019

UNE VIE, UN VECU : Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum, le Sage de son époque

Ses communications raisonnent toujours dans la mémoire du commun des Sénégalais. Serigne Cheikh fut en effet une source intarissable de sagesse et d’inspiration. Aujourd’hui toute une communauté, jeune comme vieux, politiciens comme simples citoyens, hommes et femmes, se réfèrent à ses enseignements de haute facture. C’est pour cette raison qu’Al-Maktoum est en quelque sorte le guide religieux le plus cité de la sphère politico-médiatique du fait de sa pertinence et de sa clairvoyance adossée à une spiritualité difficilement égalable.


« Serigne Cheikh disait » ! Cette phrase sort souvent de la bouche de ceux au-devant de la scène et en quête de pertinence. Al-Maktoum est devenu ainsi la source d’inspiration de toute une société au détriment des Voltaire, Hugo, et consort. Ses nombreuses communications à l’endroit des jeunes, des politiques, des « doomu soxna », à côté de ses révélations difficilement compréhensibles et relatives au monde de « ghayb » (mystère), sont d’une portée telle que chaque personne peut se retrouver dans les sorties de Serigne Cheikh Tidiane Sy.

En effet, l’intellectuel que fut Serigne Cheikh n’était pas toujours saisissable et saisi par les autres intellectuels. Son discours souvent métaphysique n’avait d’égal que son degré mystique, et très peu en vérité pouvait se targuer d’avoir les compétences requises pour décortiquer ses messages des « Champs de course ». Ça, c’est Serigne Cheikh, vers la fin de sa vie où il s’était adonné à une retraite permanente dont il ne sortait qu’une fois par an. Terré dans sa résidence sise au Relais, Al-Maktoum le Caché, avait fini par consacrer tout son temps à son Seigneur, loin des futilités de cette vie mondaine.

Mais l’autre face de Serigne Cheikh montre un homme politiquement et activement engagé pour son pays. Rompant avec le conservatisme religieux noté jusqu’ici, et qui confinait le guide religieux aux seules questions relatives à la charia, Serigne Cheikh fera montre d’une ouverture d’esprit assez remarquable. Il fera ainsi partie des premiers arabisants à aspirer à des fonctions politiques et administratives importantes. C’est en effet grâce à lui et aux autres de sa génération telle que Serigne Moustapha Cissé de Pire ou Sidy Lamine Niasse que le regard de la société porté sur l’intellectuel arabisant a complètement changé.

Cheikh Ahmad Tidiane Al-Maktoum n’a jamais fui ses responsabilités à chaque fois qu’il s’est agi de son pays et de sa famille. Suivant fidèlement les pas de son père et seul maître, il n’a pas déserté le champ politique et a assumé des positions claires et souvent aux antipodes des intérêts des régimes. Voilà pourquoi ses rapports avec les présidents Senghor dont il revendique toujours l’amitié et Diouf n’ont pas toujours été au beau fixe.

Des séjours en prison 

En homme averti et consciencieux de son rôle de guide, Serigne Cheikh fonde un parti politique, le Parti de la solidarité sénégalaise (PSS), et s’oppose à Senghor. Il sera d’ailleurs incarcéré en 1959 après des élections qu’il juge tronquées et qu’il n’a cessé de dénoncer. Selon lui, Sédar (comme il aimait l’appeler amicalement) avait volé les élections. A l’emprisonnement de Serigne Cheikh sous Senghor, il faut ajouter celui de son fils Serigne Moustapha Sy sous Diouf en 1993.

Ces deux événements montrent nettement que le vécu d’Al-Maktoum ne fut pas simplement dévoué à la mosquée et aux pratiques de la religion uniquement. Le saint homme ayant compris que les responsabilités seront évaluées le Jour de la Résurrection, avait simplement décidé d’agir conséquemment.

Homme d’affaires inspiré

Son vécu d’ambassadeur au Caire et d’homme d’affaires, actionnaire majoritaire à la cimenterie SOCOCIM, témoigne de l’ouverture d’esprit de l’homme de Dieu qu’il fut. L’érudition de Serigne Cheikh- qui s’est manifestée par ses nombreux poèmes sur ses maîtres Serigne Babacar, son homonyme et le prophète, ses prophéties sur la situation sociale et les catastrophes qui guettent le Sénégal- ne l’a nullement empêché de s’ériger en bouclier contre l’injustice sociale, politique, économique et même l’aliénation culturelle.

Ceci constitue en effet l’un des raisons pour lesquelles il fut accusé de mauvaise gestion quand il fut ambassadeur au Caire et ses nombreuses brouilles avec les différents pouvoirs. Mais le marabout intellectuel a réussi à s’immortaliser à travers un vécu dont on ne cesse de faire mention de façon positive et permanente.


aadkr


Nouveau commentaire :
Facebook

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre







Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS plus221
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office