Connectez-vous
SenXibar.com

Politique

Portrait du nouveau garde des Sceaux, ministre de la Justice


Jeudi 11 Avril 2019

Me Malick Sall est avocat d’affaires et responsable politique de l’Alliance pour la République à Matam, dans la partie nord du Sénégal. Homme du sérail, il a de plus l’avantage de ne pas esquiver les problèmes d’un secteur sous les feux de la rampe depuis quelques années, en raison d’une mauvaise perception entretenue à tort ou à raison au sein de l’opinion.


Portrait du nouveau garde des Sceaux, ministre de la Justice
"Il faut que la justice revienne dans le cœur des Sénégalais. Il ne peut y avoir d’Etat de droit là où la justice n’est pas bien accueillie par les populations", dit-il sans ambages dans un entretien publié par Walfquotidien, manière franche de poser les problèmes.

A tort ou à raison, une opinion sans doute partielle, tient pour acquis l’idée d’une justice aux ordres dont a du mal à se départir les acteurs du secteur, dont certains contribuent d’ailleurs à cette perception. La démission avec fracas du juge Ibrahima Dème, en mars 2018, est le dernier cas le plus emblématique, l’ex substitut général à la Cour d’appel de Dakar dénonçant "l’instrumentalisation" de la justice par l’exécutif, une dénonciation encore plus fleurie par des formules chocs, du genre : "J’ai démissionné d’une magistrature qui a démissionné". Celui qui avait déjà démissionné du Conseil supérieur de la magistrature notait que la magistrature était "de plus en plus fragilisée, voire malmenée de l’intérieur comme de l’extérieur". "Il en est résulté une crise sans précédent de la justice qui a perdu sa crédibilité et son autorité", estime-t-il, insistant sur la "culture de soumission" caractérisant le secteur.

La justice sénégalaise souffrirait également du peu de confiance que certains acteurs politiques manifestent à son endroit, signe parfois que ces derniers ont du mal à trancher par le dialogue certaines questions que les juges seraient fatalement amenés à arbitrer.

Le nouveau garde des Sceaux, qui remplace à ce poste un constitutionnaliste chevronné, le professeur Ismaïla Madior Fall, répond : "La Justice sénégalaise a des problèmes et des faiblesses. Mon travail, c’est de les diminuer au maximum".

Mouhamed Diongue


Nouveau commentaire :
Facebook


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 15:55 COMMUNIQUE DE PRESSE

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre







Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS plus221
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office