SenXibar

Culture

Exposition«Alem l'A-Venir»- Joe Ouakam: Intemporel, immortel


Mercredi 9 Août 2017

Cette sculpture plus vraie que nature, cette atmosphère qui rappellerait un peu le 17 de la rue Jules Ferry…Vous avez donc rendez-vous avec l’inclassable Joe Ouakam à la galerie Le Manège. Décédé le 25 avril dernier, l’artiste y est pourtant très présent, à sa façon. Intitulée «Alem L’A-venir», l’exposition est à voir jusqu’au 12 novembre prochain.


Exposition«Alem l'A-Venir»- Joe Ouakam: Intemporel, immortel

Vous trouverez quelques morceaux de son âme, de son génie sinon un peu de son grain de folie artistique, dans chacun des plis de la Galerie Le Manège, qui ferait quasiment songer à la reconstitution de la mythique cour de l’inclassable Joe Ouakam. Presque, en plus ordonné, peut-être un peu trop, sans doute parce que nous ne sommes pas vraiment au 17 de la rue Jules Ferry. 

Mais peu importe…Car il est là Joe, assis au milieu de cette salle où l’on entre presque sur la pointe des pieds, avec la bénédiction du préposé à la sécurité qui joue les guides, de circonstance, dirait-on, mais certainement pas de pacotille. On le sent même assez passionné. «C’est lui l’artiste» dit-il en pointant du doigt le portrait de Joe Ouakam, juste à l’entrée de la galerie, réalisé à sa façon par le plasticien Pascal Nampémanla Traoré, proche de l’artiste, qui s’est donc amusé à le façonner ou à le dessiner, à l’aide de mots écrits en noir au cachet, qu’il faut savoir retrouver dans le «texte» labyrinthique, dans la fumée de sa pipe, etc. Avec dans le désordre, Joe Ouakam, lutte, liberté, ou Agit’art, du nom de ce laboratoire animé par Joe Ouakam, dès les années 70. 

Le guide du jour ne se lasse pas, puisqu’il finit par dire, quelques petites minutes plus tard, que le portrait est très ressemblant, que l’artiste s’appelait «Joe Ouakam, alias Issa Samb» ; le lapsus est révélateur. Notre interlocuteur poursuit : «Il habitait la rue Jules Ferry, mais il est né à Ouakam. Il est décédé au mois d’avril». 

Au milieu de la salle, un Joe Ouakam plus vrai que nature, le binocle sur le nez, ce bouquin à la main (l’un des numéros de la revue «Internationale situationniste»), et cette «présence» à la fois physique et symbolique, que l’on aurait presqu’envie de toucher, pour la sentir respirer. Réalisée par Claire Lamarque, la sculpture est presqu’aussi inaccessible que pouvait l’être (en apparence) Joe Ouakam.

Plus vrai que nature 

Entre nos regards et lui, cette implicite barrière faite de piles de journaux. Aux pieds de l’artiste, assis dans son fauteuil comme sur un trône, vêtu d’un grand manteau bigarré façon patchwork, et d’un pantalon retroussé, une drôle de poudre blanche. Ni faux sable fin, ni fausse neige. «C’est de la farine» dit le guide, qui explique que la petite clôture, c’est justement pour que les visiteurs n’aillent pas mettre de la farine un peu partout dans la galerie. Ou alors chercherait-on tout simplement à nous dissuader, à nous empêcher de franchir le petit mur en papier. 

Il faut dire que du papier, il y en a dans chacun des recoins de la galerie. Ces piles de journaux dont il était devenu inséparable, du papier jauni par le temps, décoloré, poussiéreux, parfois froissé…Ces piles de journaux roulées en boule, disposées comme une échelle le long du mur, ou en croix, comme les précieuses reliques d’un archiviste-collectionneur pas très conventionnel… 

Sans parler des vieilles toiles défraîchies de cet artiste pas comme les autres, qui avait réussi à façonner des personnages au regard vitreux, presqu’aussi étranges que lui pouvait l’être. Sur un pan de mur, quelques mots d’affection adressés à un «Papa Joe» écrit au milieu de gribouillis colorés, faits de formes serpentines. Le guide raconte encore : «Il paraît que sa maison appartenait (en fait) à un ami dont les enfants ont fini par la vendre. C’est dommage. Que ferons-nous après cette exposition si on nous demande où est sa maison ?»

Un peu comme si cette exposition-là, «Alem L’A-venir», qui va jusqu’au 12 novembre prochain, devrait justement servir à le garder en vie, à défaut de la cour, comme une pierre tombale, comme une sépulture sinon comme un musée. Comme un pied-de-nez au temps...

«Alem, disent les commissaires d’exposition Delphine Calmettes et Ican Ramagelli, c’est une mappemonde, une nouvelle géographie du visible et de l’invisible dressée par Joe qui nous indique la voie d’un ailleurs, d’un A-Venir, d’une transmission, d’un après.»

SUD QUOTIDIEN


AAD Senxibar



1.Posté par KIA le 09/08/2017 17:02
Belle accueillante douce et raffinée je vous attends car je propose nombreux massage avec des filles de teint clair Des filles merveilleuses avec des formes à désirer Nous sommes ici afin de permettre à tous d'obtenir une séance personnalisé En tout cas nous sommes sûres de votre satisfaction
CONTACT 77 884 07 11 / 78 438 52 78

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre




1 sur 2



Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS PoliticoSN
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office