Connectez-vous
SenXibar.com

Culture

En concert en France : Tiken Jah Fakoly dédie une chanson à la revolution sénégalaise du 23 juin


Mardi 12 Juillet 2011

S'il déclare que ‘Le Sénégal a rarement eu un Président aussi charismatique que le Président Wade’, le reggaeman ivoirien qui avait été interdit de séjour au Sénégal pour s'être opposé publiquement à ‘l'installation d'une monarchie dans une république’ croit qu'il est ‘inacceptable qu'à 86 ans le Président Wade se représente à nouveau’.Il avertit d'une tension inutile au Sénégal qui pourrait bien mener à la situation qu'a vécue son propre pays, la Côte d'Ivoire, qui s'est embrasé malgré son calme légendaire.


En concert en France : Tiken Jah Fakoly dédie une chanson à la revolution sénégalaise du 23 juin
THONON-LES-BAINS - (France) - Devant des milliers de fans réunis au Montjoux Festival sur les rives du Leman, dans le si charmeur Domaine de Montjoux à Thonon, le château et ses arbres centenaires devaient revivre la révolution française quand le chanteur, avec ses gestuelles dont il a le secret et d’une voix posée et forte annonça : ‘Je dédie cette chanson à la révolution du peuple sénégalais.’ Le 23 juin représente un double symbole pour Tiken, la marche de la révolution en Afrique noire avec l’exemple du Sénégal et c’est sa date de naissance.
 
Le 8 juillet, la quinzième édition du Montjoux Festival (7 au 9 juillet) a donc accueilli sur la grande scène donnant sur le Lac Leman celui qui nous confia trente minutes auparavant qu’il a décidé de consacrer sa carrière musicale à l’Afrique. Tiken Jah Fakoly en est convaincu : le ‘continent africain a besoin de s’exprimer’. Un continent dont l’histoire n’est pas connue et qui vit des moments socio-historiques d’une très grande importance.
 
Il faisait beau. Il y avait du soleil. Ce soleil d’Afrique aux rayons rieurs qui donnèrent plus d’écho à la voix de l’ivoirien. Le public en transe sautait, dansait. Certains avaient le poignet tendu vers le ciel. Musique basse, calme soudain sur l’album African revolution et Tiken Jah de demander au public de saluer le peuple sénégalais. ‘Je dédie ce morceau à la révolution du 23 juin au Sénégal’, dira-t-il sans oublier de rendre hommage aux Tunisiens et aux Egyptiens. Comme un homme, le public se remit à sauter. Le message est passé.
 
Solidarité avec le peuple sénégalais
 
Déclaré persona non grata au Sénégal en décembre 2007, Tiken Jah, un homme de courage et de convictions s’est réconcilié avec le Président Wade qu’il a rencontré avant de venir jouer en décembre dernier au Festival mondial des arts nègres (Fesman). ‘J’ai été interdit pendant trois ans d’entrée au Sénégal. Je me suis rendu ensuite deux fois au Sénégal’, a-t-il rappelé. Il a suivi les évènements du 23 juin au Sénégal qui l’ont beaucoup marqué du fait par ailleurs que cette date est le jour de sa naissance. ‘J’ai toujours souhaité que, en Afrique, le peuple montre ses muscles aux dirigeants. Nous sommes habitués à voir plutôt des gens faire le salamalec devant ces dirigeants qui finissent par croire qu’ils sont les descendants ou les représentants de Dieu sur Terre et qu’ils ont tous les pouvoirs sur le peuple’, soutient le reggaeman ivoirien. Mais quand le peuple se rassemble et qu’il montre ses muscles, cela peut faire changer les choses, croit-il. ‘Ce qui s’est passé au Sénégal est quelque chose de positif. Nous espérons que le reste de l’Afrique noire prenne ça comme un exemple. Cela veut dire que quand le peuple dit non, cela doit rester non’, commente-t-il. Avant de poursuivre : ‘J’ai été l’un des premiers à aborder publiquement ce sujet de la succession du Président Wade par son fils. J’en ai payé le prix avec trois ans d’interdiction de séjour au Sénégal. J’ai rencontré le Président Wade après et je suis revenu jouer au Fesman. Je me suis exprimé, j’ai été interdit de séjour, je suis revenu et je continue à m’exprimer. Je pense que le combat doit continuer. Il faut absolument que les Sénégalais restent sur leur position et qu’ils disent non et qu’ils continuent à dire non’.
 
Mise en garde
 
Tiken Jah Fakoly se dit complètement solidaire avec le combat du peuple sénégalais. ‘Le peuple sénégalais vient de répondre à un appel, celui de l’album African revolution sorti en septembre 2010’. Il y a d’abord la Tunisie, ensuite l’Egypte et aujourd’hui c’est le Sénégal qui a répondu. L’artiste aimait rappeler à la sortie de cet album lors de ses différentes interviews avec la presse que quand le peuple dit non, c’est non. ‘Quand le peuple se réveille, il gagnera tous les combats’, fait savoir l’interprète de Coup de Gueule, l’album sorti en 2004. Le Sénégal a répondu donc à cet appel. Et à ceux qui disent par ailleurs que ‘le Président Wade n’a rien fait pour le Sénégal’, Tiken répond ‘je ne suis pas d’accord avec eux’. Et d’argumenter : ‘Le Sénégal a rarement eu un Président aussi charismatique que le Président Wade. Tout ce que nous lui reprochons aujourd’hui c’est le fait qu’il s’entête à vouloir se faire succéder par son fils et à créer ainsi une monarchie dans une république.’ Il reconnaît les efforts du gouvernement qui ont permis de donner un autre visage à la capitale sénégalaise. ‘Pour moi qui ai été interdit de séjour pendant trois ans, lorsque je suis revenu j’ai retrouvé un autre visage du Sénégal, en tout cas Dakar avait changé. Il faut reconnaître le travail de chacun’, a reconnu l’Ivoirien. Est-ce une raison suffisante pour que Wade reste au pouvoir ? Tiken Jah Fakoly estime que non : ‘A 86 ans, il est inacceptable que l’on donne au Président Wade la possibilité de se représenter une nouvelle fois.’ Le cas échéant, a-t-il averti, le Sénégal risque de vivre une tension inutile. L’artiste justifie sa position sur ce sujet : ‘Je rencontre souvent des gens qui me disent ‘vous savez le Sénégal est un pays calme. Nous sommes tous des frères. En plus il y a les marabouts etc.’. Je voudrais leur dire qu’il n’y avait pas un pays plus calme que la Côte d’Ivoire. Pendant près de 30 ans toute la sous-région venait voir le Président Houphouët Boigny pour chercher des solutions à leurs problèmes en tout cas en ce qui concerne la paix dans leur pays. Cette même Côte d’Ivoire vient de connaître des moments difficiles. Si la Côte d’Ivoire s’est embrasée, c’est que tous les pays du monde entier peuvent s’embraser à leur tour. Il faut simplement éviter la tension au Sénégal’.
 
Cette volonté affichée de s’exprimer et d’être l’une des voix du continent premier, Tiken Jah Fakoly l’assume pleinement par son franc parler et une grande honnêteté. Et ça marche. Le public européen est toujours au rendez-vous quand Tiken est à l’affiche. Les mélomanes l’écoutent et apprécient sa musique. ‘Nous passons des messages par rapport au continent qui passeraient difficilement à la télévision’, dira-t-il. C’est pour cela aussi que le public européen curieux et friand de liberté l’apprécie. Il leur rappelle que le retard de l’Afrique n’est pas le fruit du hasard. Il dénonce l’assassinat de dignes fils de l’Afrique par le colonialisme et le néocolonialisme. Il s’insurge contre l’imposition unilatérale des visas aux Africains. Il prône une solidarité agissante entre les peuples basée sur la connaissance, le respect et l’amour. Pourtant Tiken Jah n’oublie pas de dénoncer les guerres dites ethniques qui ont déchiré des pays comme la Côte d’Ivoire, la corruption de nombre de dirigeants africains, etc. Ne se limitant pas uniquement à dénoncer ou à éveiller les consciences, le reggaeman ivoirien exilé au Mali s’est engagé depuis dix ans dans l’humanitaire et a, à son actif, la construction de deux écoles primaires et d’un collège.
 
Tee shirt à l’effigie de Mandela, Malcom X et Martin Luther King
 
En nous recevant avant le début de son concert, le reggaeman ‘révolutionnaire dans l’âme’ souligne qu’il n’est qu’un ‘soldat pour l’Afrique qui mène un combat qui mérite d’être mené’. A la remarque pourquoi ce tee-shirt avec les trois ‘M’, l’artiste déclare : ‘Je suis aussi reconnaissant effectivement envers ceux qui ont donné leur vie pour moi, pour l’Afrique et pour l’homme noir’. Ceux-là qui ont été les premiers à élever la voix pour dire que les Africains ne sont pas des sous-hommes et qu’il fallait les considérer comme des hommes détenteurs de dignité et de droits. Martin Luther King, Malcom X en font partie et Mandela qui est aujourd’hui le plus connu parmi eux, édifiera-t-il.
 
La Haute Savoie a vibré aux sons du rythme reggae d’un des fils de l’Afrique les plus connus pour son engagement désintéressé au profit du continent noir. Le climat était clément ce jour-là comme si le Dioula avait signé un contrat de non agression avec l’orage qui mit fin, brusquement, le 9 juillet, au concert de Sinsemilia qui clôturait en apothéose le Festival. Il était précédé sur scène par le rappeur d’origine congolaise Abd’Al Malek et la chanteuse française style jazzy Zaz.
 
El Hadji Gorgui Wade NDOYE (ContinentPremier.Com)

La Rédaction


Nouveau commentaire :
Facebook

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre