Connectez-vous
SenXibar.com

Chronique

CHRONIQUE MEDIA : Ah, ces "journalistes" de lutte !


Jeudi 18 Août 2011

SENXIBAR - Le Sénégal est un pays très particulier. Il suffit juste de jeter un coup sur la presse pour s'en rendre compte. On ne peut guère se lever un jour, sans aucune formation universitaire pour s'arroger le titre de médecin, avocat ou architecte. Mais dans le monde de la presse c'est autre chose. N'importe qui s'autoproclame "journaliste" sans autre forme de procès. Il exerce son métier de "journaliste" comme les vrais journalistes. Ce phénomène devient de plus en plus inquiétant avec ces "journalistes" de la lutte que je surnommerais "lutteuralistes".


CHRONIQUE MEDIA : Ah, ces "journalistes" de lutte !

"Ces gens qui posent les questions aux lutteurs sont-ils des journalistes ?" C'est la question que j'entends le plus lors que je suis les face-à-face à la télévision organisés entre lutteurs. Et je lance tout de go : "ils se disent journalistes". Mes interlocuteurs sont presque satisfaits de cette réponse et continuent de disserter sur la capacité intellectuelle et la rigueur journalistiques de ces "lutteuralistes". Même ceux qui n'ont pas fait une formation journalistique savent très bien que ces "journalistes" de la lutte ne méritent pas le titre noble qu'ils arrachent contre vents et marrées. La fonction de médecine est une grande responsabilité de même que celles d'architecte et d'avocat. Le métier de journaliste est aussi une grande responsabilité. On a vu les conséquences désastreuses de la diffusion de certaines informations fausses ou propagandistes au Rwanda, en Roumanie, au Nigeria. 

 

Ces "lutteuralistes" n'honorent pas la presse et ils se déshonorent eux mêmes. A chaque point de presse, ils s'empressent de poser des questions vaille que vaille. Et bizarrement, on l'impression que ce sont les mêmes questions qui reviennent. ça devient lassant et le face-à-face devient monotone, insipide et fade. On n'est pas obligé de poser une question dans un point de presse. Si l'information se trouvent dans les déclarations préliminaires des parties concernées ou dans les réponses fournies aux autres confrères et consoeurs, on n'a pas besoin de répéter les mêmes questions. Et ils disent : "Mes confrères ont déjà tout dit". Quelle banalité ! Donc, ils demandent le micro seulement pour apparaître à la télévision et montrer au monde de la lutte et aux téléspectateurs leur maigre tronche. Une manière de dire "je ne suis pas lutteur, ni journaliste mais plutôt "lutteuraliste". C'est désolant ! 

 

E.A. NDOUR

 


La Rédaction



1.Posté par mbakhane le 18/08/2011 17:40
gni dougnou gatttte. gni khamougnou dara, daye khamougnouko !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! tchim !!!!

2.Posté par abdou le 19/08/2011 14:50
Toi le" vrai journaliste",tu n'honores pas ta profession.Avec toutes tes fautes de grammaire et de conjugaison, tu ne vaux pas mieux que ces" journalistes" même le néologisme "lutteuraliste "est un insulte à la profession qui mérite mieux que ton français alambiqué et tortueux.

3.Posté par ciara le 26/09/2016 17:24
LOVE MASSAGE / 78 474 11 73
Avec love massage il suffit de gouter pour savoir
A quelle poin ça vous donne de la douceur .
Love massage prennez une sceance pour L°apprecier,
Une munite pour l°aimer et une eternite pour l°oublier......

Nouveau commentaire :
Facebook

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre