Connectez-vous
SenXibar.com

Société

AMÉNAGEMENT D’UN PARC SUR LES 2 VOIES DE LIBERTÉ 6 : AU NOM DE L’AMOUR !


Lundi 3 Août 2020

Le jardin s’anime de ses mille bruits. Des enfants, qui accompagnés par leurs parents, jouent sur les toboggans. Ça court par ci, ça crie par là. Les bruits des gamins bourdonnent comme un essaim d’abeilles. De temps en temps, des querelles d’enfants éclatent mais, elles sont vite réglées. « C’est comme ça, partout où des enfants se regroupent. Mais, nous essayons toujours de les calmer », explique Fallou Ndiaye, surveillant des lieux.


Nous sommes à liberté 6, sur les deux voies du Camp pénal, non loin du rond-point Liberté 6. La circulation est dense. Un bouchon infranchissable s’allonge à l’infini.

Sur cette allée, un très bel aménagement sourit et accueille avec charme ses visiteurs. Cette place, jadis squattée par les mécaniciens, est devenue un paradis terrestre pour les enfants et les grandes personnes. Son aménagement porte l’empreinte de Babacar Diop, habitant du quartier.

MON ÉPOUSE AIMAIT VOIR LES ENFANTS JOUER

Le septuagénaire a réalisé cette œuvre en la mémoire de sa défunte épouse, décédée en 2016. Trouvé sur les lieux, tout de blanc vêtu, il regarde, le visage radieux, les enfants jouer. La joie débordante qu’il ressent dans son cœur, traverse son corps et se lit sur son visage angélique. Le vieux Babacar Diop a accommodé cet espace pour son épouse, arrachée à son affection par la grande faucheuse. C’était en 2016.


« Ma défunte épouse adorait les enfants. Elle les aimait voir jouer. Cette femme méritait beaucoup de choses, j’ai fait ça en sa mémoire. Quand elle a rendu l’âme, j’ai, en tant que époux, hérité de ses biens. J’ai remis une partie de l’argent à la grande mosquée de liberté 6 et l’autre je l’avais gardée. Et je me suis demandé, pourquoi ne pas aménager ce parc pour les enfants. », explique-t-il. Sur ces entrefaites, il saisit la commune de Grand Yoff par une lettre pour leur expliquer son projet. Dans un premier temps, ce sera sans succès. Mais, Babacar Diop ne perd pas espoir. En 2019, il ressort son projet des tiroirs. Mais cela n’a pas été sans difficultés. Il fallait d’abord déguerpir les mécaniciens qui occupaient le site. Ce qui a été possible grâce à l’appui du ministère de l’urbanisme, dirigé par Abdou Karim Fofana.

Quelques temps plus tard, Babacar Diop démarre, tout seul, les travaux d’aménagement. Mais ce n’était pas sans grande difficulté. Il essuie les diatribes et les insultes de certains mécaniciens. « On a rencontré d’énormes difficultés. Des gens du quartier disait que je n’avais pas le droit. D’autres disaient du n’importe quoi sur moi. Les mécaniciens marchaient sur ce qu’on faisait. Mais, j’avais fait fi de toutes les provocations parce que j’y avais cru », souligne-t-il avec fierté. Car, aujourd’hui, tous ceux qui le critiquaient ont approuvé la réalisation. « Les insultes et les diatribes sont devenues des félicitations », se réjouit-il.



AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ

Les banquettes installées sur les lieux sont presque toutes occupées. Mbayang Ba, la trentaine consommée, a accompagné sa fillette de quatre ans, venue jouer. La jeune mère ne tarit pas de remerciements à l’endroit de Babacar Diop. « C’est une très belle chose et nous nous en réjouissons. C’est un bel endroit pour nos enfants qui jouaient dans les appartements contigus », explique la dame à la taille moyenne.

A quelques pas d’elle, nous trouvons Elimane Cissé, président de la commission de gestion de la mosquée de liberté 6. Assis sur une banquette, il égrène son chapelet, regardant les enfants jouer. Nous l’interrompons pour avoir son appréciation.


« Nous sommes très fiers et très contents de voir un de nos voisins aménager un espace pareil pour la population de liberté 6. Vous avez constaté, comme moi, tous nos petits fils, nos fils sont en train de s’amuser. Ils sont très contents. C’est une fierté pour nous », applaudit-il.

Poursuivant, il dépeint Babacar Diop comme un altruiste hors pair qui ne dépense son argent que dans des projets utiles. « Ce n’est pas la première fois qu’il fait des contributions de ce genre dans le quartier. Dans le cadre de la construction de cette mosquée, il est vraiment le champion des contributeurs. Il a contribué à hauteur de 25 millions de francs CFA pour sa réfection. Je suis le président du comité de gestion. C’est un exemple qu’il a donné à toute la population de Dakar. Il n’a pas attendu ni la mairie, ni l’Etat pour faire ça. Il l’a fait sur fond propre. Personne n’a contribué sur ce projet », témoigne-t-il.

LA RÉALISATION D’UNE BIBLIOTHÈQUE POUR LES ENFANTS

Les lieux sont d’une propreté implacable. Les déchets et autres ordures sont jetés dans les poubelles placées çà et là. Ibrahima Diop, jardinier de son état, assure l’entretien et l’arrosage des arbres quotidiennement. En contrepartie, il a l’autorisation d’y exposer ses pots de fleurs qu’il commercialise mais qui participent à l’embellissement de l’environnement. A l’en croire, depuis qu’il est sur les lieux, ses affaires marchent bien. « On ne se plaint pas. Les clients commencent à venir », renseigne-t-il. Avant même qu’on ne termine son entretien avec lui, des jeunes filles font leur arrivée. Très bien sapées, elles prennent des photos avec leurs téléphones. « Ce sont des photos souvenirs. Nous habitons dans le quartier, nous sommes venues prendre un peu d’air. Et le cadre est magnifique. Ce sont des photos souvenirs », explique l’une des jeunes tandis que ses camarades sont en train de visualiser les poses.

En effet, si le parc est devenu un lieu attractif, force est de constater que l’aménagement est loin d’être terminé. Il veut installer dans le parc une petite bibliothèque pour les enfants. « C’est pour inciter les enfants à aimer la lecture. Mon neveu, établi aux USA, satisfait de l’aménagement du parc, s’engage à réaliser sur fonds propres cette bibliothèque », informe Babacar Diop. Cerise sur le gâteau : il renseigne avoir reçu les agents de l’Agence de l’informatique de l’Etat. Lesquels ont décidé d’installer d’une connexion Wifi gratuit dans le parc. Une bonne action trouve toujours sa récompense.


aadkr


Nouveau commentaire :
Facebook


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 17:25 FLEUVE SÉNÉGAL : L’EAU AVANCE À BAKEL ET PODOR

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre







Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS plus221
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office