SenXibar

Economie

7.2% en 2017, une prévision de 6.8% en 2018 et une projection à 6.9% en 2019, le Sénégal et sa croissance Usain Bolt !


Jeudi 13 Décembre 2018

En faisant la lecture de la courbe de progression du taux de croissance depuis 2014, on se rend compte que le Sénégal est entré dans une vitesse de croisière avec son taux de croissance qui est passé de 4.4% en 2014 à 7.2% en 2017, avec une prévision de 6.8% en 2018 et une projection à 6.9% en 2019. 


7.2% en 2017, une prévision de 6.8% en 2018 et une projection à 6.9% en 2019, le Sénégal et sa croissance Usain Bolt !
A en croire le Projet de la loi de finances 2019, le régime de Macky Sall a réparé beaucoup de disparités héritées de l’ancien de régime de Abdoulaye Wade, en d’une part, redressant des comptes publics et d’autre part, en boostant le taux de croissance dans un cycle inédit de l’histoire économique sénégalaise depuis 1960. 
  
« Les chiffres sont indiscutables : - 2014 : 4.4% - 2015 : 6.4% - 2016 : 6.2% - 2017 : 7.2% - prévision 2018 : 6.8% - projection 2019 : 6.9% », peut-on lire dans le Projet de loi de finances pour l’année 2019 consulté par Leral.net. 
  
Or poursuit, en comparaison, le Projet de loi de finances pour l’année 2019 note « une croissance économique inférieure à la croissance démographique (1.8% contre 2.8%, en 2011) ». 
 
Ce qui avait entraîné « des conséquences particulièrement négatives pour un pays en voie de développement ; des comptes publics en état de dégradation avancé (6.7% de déficit budgétaire en 2011, atteignant même 8% en avril 2012, avec en miroir un solde négatif de 10% du compte courant de la balance des paiements) ». 
   
Toutefois, avec le Plan Sénégal Emergent (PSE) qui a pris le relais comme référentiel de la politique économique et sociale à partir de 2014,  l’Etat sénégalais sous Macky Sall a réussi avec brio le pari  de l’assainissement des finances publiques. 
 
« La preuve la plus éclatante étant le niveau de déficit budgétaire qui, de 6.7% en 2011, a été ramené à 4.2% en 2016, 3.8% en 2017, et est aujourd’hui projeté à 3.5% en 2018 ». 
En effet, les comptes publics étaient en état latent de dégradation avancé avec 6.7% de déficit budgétaire en 2011, atteignant même 8% en avril 2012, avec en miroir un solde négatif de 10% du compte courant de la balance des paiements.  
 
Maintenant, il reste à poser le débat de la croissance inclusive avec le secteur privé et les populations, car beaucoup de spécialistes estiment que cette croissance de 7.2% en 2017, avec une prévision de 6.8%  en 2018 et une  projection 6.9% en 2019, est allée tout simplement dans les poches des partenaires et les multinationales de l’extérieur avec les projets comme le Train Express régional (TER), les travaux de Diamniadio, l’arène nationale, entre autres. 
 
Leral

Admin Admin


Nouveau commentaire :

Senxibar | SenArchive | Sen Tv | Flash actualité - Dernière minute | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Chronique | Faits Divers | Opinion | International | Sciences et Santé | Médias | Ils l'avaient dit | Emploi | Ramadan | Perdu de vue | Echos du tribunal | A la une | Achaud | resultats2012 | JOB | Theatre







Seneweb L'Observateur
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ferloo
Dépêches APS plus221
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Ruepublique
Penthionet Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
Ouestaf Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Amwsentv L'Office